Philippe Corcuff

À propos

Philippe Corcuff est né en 1960 à Oran, en Algérie, et vit aujourd’hui à Nîmes.

Il est maître de conférences de science politique à l’Institut d’Études Politiques de Lyon et membre du laboratoire de recherche CERLIS (Centre de Recherche sur les Liens Sociaux, Université de Paris Descartes/CNRS). Il est notamment l’auteur, au croisement de la sociologie et de la philosophie poltiique, de : La société de verre. Pour une éthique de la fragilité (Armand Colin, 2002), Bourdieu autrement (Textuel, 2003), Où est passée la critique sociale ? Penser le global au croisement des savoirs (La Découverte, 2012) Marx XXIe siècle. Textes commentés (Textuel, 2012), La gauche est-elle en état de mort cérébrale ? (Textuel, 2012) et Polars, philosophie et critique sociale (Textuel, octobre 2013).

Il a été chroniqueur à Charlie Hebdo entre avril 2001 et décembre 2004. Il a été co-scénariste du film de fiction de Dominique Cabrera, se déroulant pendant les grèves de l’hiver 1995, Nadia et les hippopotames (avec Ariane Ascaride, sélection officielle de la 52e édition du Festival International du Film de Cannes, mai 1999, section «Un certain regard»). Il co-dirige avec Lilian Mathieu la collection « Petite Encyclopédie Critique » aux éditions Textuel. Il tient un blog sur le site Mediapart : http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-corcuff. Depuis septembre 2005, il réalise sur le site sociétal lyonnais Le Zèbre (http://www.lezebre.info/-phil-noir-.html), avec le dessinateur Charb de Charlie Hebdo, une chronique irrégulière autour du polar intitulée « Phil noir ».

Intellectuel engagé, il est notamment membre du Conseil Scientifique de l’association altermondialiste ATTAC France et militant libertaire. Il est co-fondateur et enseignant bénévole de l’Université Populaire de Lyon et de l’Université Critique et Citoyenne de Nîmes.

Autobiographie pour Quais du Polar

« Toute ma vie, j’avais vécu en décalage avec le vaste monde, titubant toujours aux frontières, aux limites. Ce n’était pas un choix de ma part ; simplement l’endroit où je semblais toujours devoir me retrouver. » James Sallis, Cripple Creek

Polars fétiches

film : Taxi Driver, Martin Scorsese.

livre : Le dernier baiser,  James Crumley.

auteur : David Goodis.