Cycle « Les films noirs de Jules Dassin », jusqu’au 13 juillet

CYCLE LES FILMS NOIRS DE JULES DASSIN

INSTITUT LUMIÈRE – DU 26 JUIN AU 13 JUILLET

Cinéaste américain, Jules Dassin connut un début de carrière prometteur à Hollywood. Mis en cause par le Maccarthysme, il dut fuir les États-Unis et s’exiler, d’abord à Londres, puis à Paris. Focus sur cinq de ses films, cinq films noirs qui bouleversèrent profondément le genre par leur veine réaliste et sociale, leur description de la violence et leur beauté.

Les Forbans de la nuit de Jules Dassin

Je 26/06 à 19h présenté par Joël Bouvier – Ve 27/06 à 21h – Sa 28/06 à 18h45 – Di 29/06 à 16h30 – Ma 1er/07 à 17h

Harry Fabian rêve de devenir une personnalité du monde de la nuit. Avec Gregorius, un ancien champion de lutte, il décide d’organiser des spectacles nocturnes… Fuyant le Maccarthysme, Jules Dassin tourne à Londres cette plongée dans les méandres du pouvoir et de l’argent, portée par deux acteurs hollywoodiens, Richard Widmark et Gene Tierney.

(Night and the City, Grande-Bretagne, 1950, 1h41, N&B, avec aussi Googie Withers, Hugh Marlowe)

Les Bas-fonds de Frisco

Me 9/07 à 17h – Je 10/07 à 14h30 – Ve 11/07 à 14h30 – Sa 12/07 à 16h45 – Di 13/07 à 14h30

Nick, de retour du service militaire, retrouve sa famille. Son père est devenu infirme, suite à un étrange accident. Il décide de demander des comptes à Mike Figlia, gangster qui règne sur le marché des fruits et légumes… Arnaques et tentatives d’escroquerie à tous les étages dans cette incursion noire et sociale prenante, qui s’intéresse au commerce des fruits en Californie, à la pénibilité du travail et à l’exploitation des travailleurs.

(Thieves’ Highway, USA, 1949, 1h34, N&B, avec Richard Conte, Valentina Cortese, Lee J. Cobb)

 

La Cité sans voiles

Me 9/07 à 21h – Je 10/07 à 17h – Ve 11/07 à 19h – Sa 12/07 à 18h45 – Di 13/07 à 16h30

L’enquête sur le meurtre d’une jeune femme mène un vieil inspecteur et une jeune recrue à un trafic de bijoux volés… S’inscrivant dans la tradition du film noir réaliste, ce film dur, implacable mais aussi plein d’humour grâce à la présence de Barry Fitzgerald, est l’un des films les plus achevés de Jules Dassin. Le cinéaste y filme New York de manière quasi documentaire, dans des intérieurs et extérieurs réels.

(The Naked City, USA, 1948, 1h36, N&B, avec Barry Fitzgerald, Don Taylor, Howard Duff, Dorothy Hart)

 

Du rififi chez les hommes

Je 26/06 à 16h30 – Ve 27/06 à 14h30 – Sa 28/06 à 14h30 – Di 29/06 à 18h30 – Ma 1er/07 à 14h30

Après cinq ans de prison, Tony le Stéphanois a perdu sa place dans le milieu. Mais son vieil ami Jo lui reste fidèle. Il lui propose le casse d’une bijouterie, l’occasion d’un dernier gros coup… Après l’Angleterre, Jules Dassin tourne en France et bouleverse le film noir français avec ce chef-d’oeuvre fataliste qui marquera toute une génération de cinéastes, de Melville à Deray.

(France, 1955, 1h56, N&B, avec Jean Servais, Robert Manuel, Carl Mohner)

2015-02-13T18:33:12+00:00

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.